Lire c'est bon pour les petits

Pourquoi les livres c’est bon pour les petits ?

Pourquoi les livres c’est bon pour les petits ?

Lire avec les enfants est une vraie passion pour moi, la littérature jeunesse avec ! Vous l’avez un peu compris si vous suivez mes aventures depuis le début. Mais plus que pour propre plaisir, c’est quand même avant tout pour eux que je lis. (Ben oui… C’est quand même mon boulot !)
Bref avis à tous les sceptiques qui pensent que « ça ne sert à rien de lire à des bébés ! », venez on en discute ensemble. Et si vous faites partie des convaincus comme moi, venez on en discute aussi !

 

L’objet livre : on aime ou on n’aime pas !

Bon… Je ne vais pas vous faire la définition du mot livre, je pense que tout le monde en a une en tête. Tout le monde en visualise un. Tout le monde dans sa vie a eu affaire à un de ces satanés bout de papier ! (Avec tout mon humour et mon respect bien sûr). Bref le livre ça parle à tout le monde. Enfin presque. Il y a quand même deux catégories parmi les connaisseurs de l’objet-livre : ceux qui l’aiment et ceux qui ne l’aiment pas.

Le livre (la lecture j’entends) peut être une vraie passion. On connait tous quelqu’un qui a des piles de livres à l’équilibre hésitant, dans toutes les pièces de son appartement. On a tous déjà vu cette personne qui arrive à sa station mais, plongée dans son bouquin, ne peut pas se résoudre à le refermer et entame une marche de la lecture. Ou encore mieux ne voit même pas sa station et arrive au terminus (ça sent le vécu hein). Pour ceux qui l’aime, la lecture transmet toutes les émotions. On est ému, on s’attache aux personnages ou on les trouve tout bonnement révoltants. Un livre peut mettre en colère, par son contenu, mais aussi par sa fin. On peut tout ressentir à travers un livre.

Mais il peut tout autant être une aversion à presque rendre malade. Avec combien de personnes j’ai discuté pour comprendre comment ils pouvaient dire que lire leur donnait la migraine ou la nausée ! Il y a évidemment pour moi, un lien entre lire et le souvenir de la manière dont on a appris à lire. Et tout le contact que l’on a eu ou pas au livre. Même un peu inconsciemment finalement.

Souvent à l’école. L’apprentissage de la lecture avec une méthode pure et dure, qui doit rentrer coute que coute dans la tête de tous. Puis la lecture à voix haute devant toute la classe, idéal pour booster sa confiance en soi quand on n’est déjà pas très à l’aise. Puis les bouquins de 300 pages sélectionnés pour le programme de cette année-là. Dont on doit lire le contenu dans un temps imparti, avant d’en faire des résumés plus ou moins développés. Et sur les parties qui ne nous ont même pas le plus passionnés ! Et puis tous les autres qui devront être engloutis si des études sont poursuivies, toujours dans des laps de temps trop court pour s’approprier réellement quoi que ce soit des lectures. Surtout après avoir déjà engloutis des cours magistraux et régurgités quelques devoirs. Dans ces conditions, je comprends assez facilement, que la nausée arrive rapidement à la simple vue d’un livre…

 

Pourquoi ceux qui aiment lire, aiment lire ?

 

C’est vrai que la lecture ça peut paraitre complètement ennuyeux, une pure perte de temps et puis aussi un peu un loisir d’intello. Je comprends complètement que l’on puisse penser ça. Et puis même si je crois avoir entendu qu’il y avait un regain de la vente de livres ces dernières années. Notre société ne prône pas vraiment le retour au livre au quotidien. En même temps, lire c’est prendre le temps. Et la société aujourd’hui ne prend le temps de prendre le temps. Alors forcément, ça coince…

Pour ma part, je fais partie de ceux qui aime les livres et lire. Alors à mes yeux de lectrice chevronnée, le livre est un peu un objet magique. Il renferme du voyage, des rencontres, des connaissances, des questions… Il m’apprend sur moi, sur les autres, sur le monde. Il me permet de m’évader, sans sortir de chez moi, ce qui est un luxe sans pareil. Il me permet de me réconforter aussi, comme un vieil ami qu’on voudrait avoir près de soi lors des moments de cafard. J’ai mes coups de cœur que je veux absolument partager autour de moi. J’ai mes préférés dont je garde les exemplaires précieusement et jalousement de peur qu’ils ne s’égarent. Bref, vous avez compris, je suis une férue de lecture. Et pour tout vous dire je pense que cela m’a été transmis dans l’enfance, par mon entourage.

Les moments ont toujours été à la maison des moments que j’attendais avec impatience. Mes parents avaient chacun leur manière de raconter l’histoire du soir, mais aucune préférence pour ma part. De la lecture qui ne se s’éloigne jamais du texte, mais qui met toujours le ton de maman, aux lectures théâtralisées de papa qui n’avaient plus rien à voir avec l’histoire de départ. J’aimais passionnément ces moments partagés. Où l’on prenait des grosses ou toutes petites voix. Où l’on chahutait un peu en riant aux éclats. Ou bien qu’on on restait, avec ma sœur, complétement ébahies à la lecture de l’histoire choisie ce soir-là. Alors bien sûr, j’ai ma propre personnalité qui fait que moi je suis plus intéressée par la lecture. Je pourrais du coup vous citer en exemple ma chère petite sœur, qui pour le coup à beaucoup moins d’intérêts pour ça. Alors que nous avons vécus les mêmes moments. Encore que… Pas tout à fait, en tout cas pas si longtemps. Donc il y a une part d’intérêt personnel, mais je pense sincèrement que la valeur et la culture du livre est transmise par l’entourage. Et ce dès les premières années de vie.

Bon, après vous avoir faire une petite introspective de ma vie déjà largement suffisante, je vais me lever du divan et reprendre mon propos. (Hum Hum) Revenons-en au fait.

 

La rencontre des bébés et des livres

Comme beaucoup d’objets, les livres sont un peu fascinants pour les bébés. Ils sont intéressants aussi bien par leur contenu et tout ce qu’ils offrent comme informations. Que par la manipulation que l’adulte en fait pour lui au départ et qu’ils feront ensuite par eux-mêmes, qui apportent tout autant d’infos aux tout-petits.

Mettre un bébé face à un livre dès la naissance, ça peut paraître un peu fou. Mais si l’on se base sur les capacités extraordinaires des bébés à donner du sens à ce qu’ils observent, simplement parce qu’ils les observent, ça leur correspond tout à fait. Les bébés regardent, analysent, interprètent et donnent ainsi du sens à leur monde. Ça parait aussi complexe que simple finalement. Des vrais petits chercheurs en herbe finalement qui émettent des hypothèses, les infirment ou les confirment et en comprennent des choses, qu’ils inscrivent dans leur mémoire directement. Abracadabra ! Maintenant, tout comme pour vous qui avez besoin de récupérer un peu, ne vous lancez pas dans la lecture de Tolstoï à la fin de votre accouchement. (Ne vous lancez d’ailleurs jamais dans a lecture Tolstoï à votre bambin… Sauf si c’est votre passion absolue, auquel cas… Mais bon vous pouvez attendre encore un peu) Accordez-vous quand même quelques moments de tranquillité, plus que nécessaire, pour profiter au max de la rencontre de votre vie.

Les premiers moments de lecture aux bébés sont des moments toujours pleins d’émotions. Que l’on soit septique au départ à lire à des bébés ou complètement convaincu du bien-fondé de ce qu’on s’apprête à faire. La surprise des réactions des enfants est toujours émouvante je trouve. Le bébé observe, fait sa première rencontre, ses sourcils bougent dans tous les sens, ses yeux ses plissent, il esquisse des mouvements de bouche, sort la langue. Il écoute ce que l’adulte lui dit, passe de son visage au livre, regarde le doigt qui montre une forme, une couleur, une image…

La lecture devient alors un vrai moment d’échanges avec le tout-petit et pas seulement un temps de démonstration par l’adulte. L’intérêt n’est pas tellement le spectacle, ni la prestation dans laquelle vous vous lancez, mais plutôt la relation que vous êtes en train de créer, de soutenir. Relation à laquelle vous donnez d’autres appuis solides. Les temps de relation connectée sont sécurisants à l’instant T, en tant qu’ils apportent du bien-être immédiat. Mais aussi sur la durée parce qu’elles s’inscrivent dans la mémoire au fil des mois. Et être en sécurité c’est partir à la conquête du monde et des apprentissages !

 

Une rencontre plus qu’enrichissante !

A travers le livre et son partage, les enfants captent une multitude d’informations différentes. D’abord l’importance capitale que représente le livre selon moi : le lien entre les humains ! Mais aussi à travers les illustrations, le texte, la manière de l’adulte de le dire et ses expressions du visage, les gestes aussi… Et c’est toutes ces notions de langage, de symbolique, de jeux avec les mots, de déroulement d’histoires, d’identification auxquelles ils vont avoir accès grâce aux livres et à leurs contenus surtout.

Découvrir des livres qui parlent de leur quotidien d’abord, qui leur listent des objets qu’ils connaissent bien ou un peu moins. Des animaux, des livres qui font du bruit, des livres avec des trucs à bidouiller et des trucs cachés. Des livres avec pleeeeeins de choses différentes à voir. Des livres avec pleins de formes, pleins de textures, pleins de couleurs, pleins de tailles, pleins d’écritures… Toutes différentes ! Et puis des livres avec des histoires qui leur parlent directement, Machin va au pot, Bidule s’habille toute seule, Petit Eléphant rose va à la piscine ou encore La colère de Petit Ver de Terre. Et d’autres complétement symboliques, mais qui ne font pas moins partie de leur coup de cœur. Des livres pour apprendre des choses. Des livres qui donnent des leçons, des morales sur la vie et son fonctionnement. Des livres pour jouer à se faire peur, à se faire rire ou tout simplement jouer avec les doigts. Des livres pour imaginer et pour rêver. Bref, des livres pour absolument tout !

Et une mine d’or en matière d’informations. Et là où ça va être vraiment intéressant c’est évidemment pour le langage. Comme tout moment de relation à l’enfant soutien l’envie de communiquer et donc l’intérêt pour le langage. Les moments de lecture ont une plus-value évidente puisque les livres offrent un appui pour la communication et un apport de vocabulaire important ! Quoi de mieux que de prendre un bon vieil imagier de la ferme pour passer en revue un peu de vocabulaire animalier et pourquoi pas si vous vous sentez d’attaque d’y ajouter les bruitages. Ça parait tout simple et pas important comme ça, mais finalement il y a un vrai travail d’observation, de mémoire, d’association… Entre retenir le nom de la vache, le bruit qu’elle fait, son image et puis petit à petit détailler ses cornes, ses pattes, parler au fait qu’elle donne du lait, lait qu’on boit au petit déjeuner/goûter… Vous avez l’impression que j’en rajoute, mais pas du tout.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est child-3045209_1920-1024x683.jpg.

Et surtout une rencontre constructive

Le texte va avoir une importance majeure aussi grâce à sa fiabilité. Je m’explique. Le texte du livre quoi qu’il arrive dit toujours la même chose (pas comme tous ces humains qui changent d’avis comme de chemise). On aura beau refermer milles et une fois le livre, le contenu restera toujours, toujours le même. Ça devient quelque chose d’inscrit. C’est écrit. Et c’est super important parce que c’est super sécurisant. Quoi que le contenu nous fasse ressentir, il reste toujours le même. Nous pouvons changer d’avis à son égard, mais lui ne changera jamais en revanche. Vous avez déjà dû vous rendre compte de ça d’ailleurs. Lorsque lors d’une lecture tardive ou qui dure un peu trop longtemps à votre gout, vous oubliez volontairement de lire une ligne ou sautez une page. Vous vous ferez évidemment immédiatement reprendre. Parce que « c’est pas nous qui décidons, c’est le livre, c’est la règle. » Comme le panneau stop a plus d’impact que vos dires, oui même si vous hurlez à pleins poumons. Ça fait partie de la magie du symbolique.

C’est pour cela que des messages que vous essayez de transmettre désespérément de toutes les manières possibles et imaginables ne font parfois que survoler la tête de vos tout-petits. Et d’un coup d’un seul, ils se passionnent pour un livre qui les accompagnent tout simplement à s’approprier cette étape de leur développement à eux, à travers l’histoire de quelqu’un d’autre. Je pense par exemple à l’entrée à la crèche ou à l’école, au lien à la tétine… Et puis tout autrement autour des émotions, des peurs, des angoisses. Les contes offrent une compréhension du monde tout en image et des grandes questions que l’enfant se pose pour se construire. (Je vous ferais un article dédié sur le conte) Les livres transmettent des messages qui deviennent comme des mantras qui accompagnent l’enfant dans la construction de sa personne.

Toute cette notion d’appropriation est terriblement importante et les enfants nous le montrent bien ne serait-ce que physiquement. A différentes étapes de leur parcours de vie, tel ou tel livre sera leur compagnon du moment, lu et relu inlassablement, écouté tout autant inlassablement. Manipulé dans tous les sens, appris par cœur des illustrations jusqu’au moindre petit détail et au texte avec les intonations ou les bruitages. C’est un outil dont les enfants nous montrent l’utilité au quotidien, je le vois chaque jour dans mon métier. Mesurons la chance qu’ils nous offrent à nous adultes de pouvoir avec eux se reconnecter au plaisir de s’évader et de grandir par le livre !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est family-4624888_1920-1024x819.jpg.

Le mot de la fin !

Amateurs ou pas de lecture, j’espère que cet article vous aura convaincu de l’importance d’utiliser le livre avec les enfants et ce dès leur plus jeune âge.
Si vous et vos enfants êtes de vrais gourmands de littérature jeunesse, n’hésitez pas à me partager vos coups de cœur ou vos dernières acquisitions. Ça me donne des idées et puis ça nous permet d’échanger un peu ! Et si vous cherchez des idées de livres je vous propose d’aller jeter un coup œil à cet article qui vous propose une belle sélection d’ouvrage Petite Enfance (0-3ans et plus). Et vous en découvrirez d’autres en fouillant un peu dans ma Rubrique « Lire c’est bon pour les petits ».

Celui-ci commençait à être bien long, mais j’ai déjà noté des choses à rajouter dans un prochain article. Donnez-moi vos suggestions ou postez-moi vos questions ici, s’il y a des choses dont vous aimeriez que je vous parle. Je vous prépare aussi un article dédié au livre « Les livres c’est bon pour les bébés » de Marie Bonnafé (fondatrice de l’association ACCES qui promeut l’accès aux livres pour tous les enfants) que je suis en train de lire et duquel je me suis inspirée pour cet article.

Si après la lecture de cet article, vous avez encore des yeux pour lire avec vos petits, je vous souhaite de beaux moments ensemble !
Prenez-bien soin de vous

Carmen

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :