Lire c'est bon pour les petits, On va dire des gros mots !

La Grande Question du Masque et Les Yeux qui Parlent

La Grande Question du Masque et Les Yeux qui Parlent

 

Je ne vous l’apprend pas, depuis plusieurs mois nous portons activement le masque presque partout. Et dans la petite enfance aussi c’est port du masque obligatoire ! Alors forcément, comme beaucoup de mes collègues travaillant auprès de l’enfant, j’ai commencé à me questionner un peu sur les impacts et conséquences que ça pourrait avoir sur eux tout ça. On en avait déjà un peu parlé dans mon article Mesures Covid et Petite Enfance que vous trouvez juste là !

Bien sur il nous ont montré comme toujours leurs fabuleuses et très impressionnantes capacités d’adaptation à tout. Mais quand même, il est certain que ce n’est pas anodin. On en discute un peu ensemble et je vous présente un magnifique support pour appréhender autrement le masque avec les enfants.

 

Un tas de questions !

Il y a en tout premier l’insécurité que ça peut provoquer pour l’enfant. Le fait de ne pas avoir accès à la totalité des adultes qui gravitent autour de lui. Du visage de ses parents même lors de leur premières rencontres. J’apprends avec effarement il y a quelques semaines, que certaines maternités recommandent plutôt très fortement le port du masque lors du travail et de l’accueil du nouveau-né par ses parents. J’avoues que j’ai du mal à comprendre comment l’on peut penser aujourd’hui laisser juste le regard des parents disponibles à cette rencontre unique.

Les visages masqués de ses parents sera donc la première chose que verra le tout-petit en venant au monde. Puis les visages masqués des adultes qui accompagnent au quotidien à la crèche et tout le monde en dehors aussi. Les visages masqués des maitresses, des atsem. Puis des professeurs et eux-mêmes viennent à être masqué ! Alors oui on pourrait se dire que du coup la nouvelle génération sera habituée dès la naissance et ça deviendra la normalité finalement, ils s’adapteront. Mais quand même, c’est un monde très particulier qu’on leur donne à voir.

Lorsque l’on sait l’importance de l’attachement (un article dédié se trouve juste là) et que cette relation se créé grâce à la richesse de ce qui est transmis quand le bébé regarde son parent ou l’adulte qui le nourrit, le soigne, le berce, chante pour lui… C’est très frustrant !!! Ce n’est pas d’ailleurs pour rien que le bébé a cette attirance innée pour le visage humain contre tout autre chose au monde. Nous sommes des êtres de relation et cette pandémie nous complique évidemment la tâche à ce niveau là. Et pour nos tout-petits n’en parlons pas !

Il y a aussi l’importante et évidente question de l’acquisition du langage. Ou plutôt les questions ! Quels impacts aura le fait de ne pas avoir accès aux mouvements de la bouche de ceux qui lui parlent, pour l’enfant ? Comment se passera l’observation, l’imprégnation ? Pourra t-il exercer son imitation des mouvements labiaux de la même manière ? Arrivera t-il à compenser ce manque autrement ? Pour t-il les inscrire dans sa mémoire visuelle de la même manière ? Gardera t-il autant cette facilité innée à apprendre sa langue maternelle sans avoir accès à ce que fait la bouche de l’autre ? La communication adulte-enfant ne s’en trouve t-elle pas entravée ?

Ne serait-ce que dans l’effet d’attention : lorsque je retire mon masque je deviens beaucoup plus intéressante et du coup les enfants me manifestent plus d’attention et d’écoute. A l’inverse combien sont ceux qui ne se sentent pas écoutés réellement ou que l’attention n’est pas suffisamment centrée sur eux et qui nous retire le masque comme pour dire « écoute-moi vraiment ! »

Ce sont des tas de questions qui s’ajoutent les unes aux autres et auxquelles on a malheureusement pas de réponses parce que pas encore le recul nécessaire sur tout ça. Mais est-ce qu’on pourrait pas essayer d’anticiper un peu quand même en trouvant des astuces et des solutions pour permettre tout ça ? Toujours dans l’idée de faire au mieux avec les données et les possibilités que l’on a. Et non je parles pas de vaccin ! Je parle plutôt de favoriser des moments, des façons de faire qui permettent plutôt que d’empêcher. Qui donnent accès plutôt que de limiter.

Des solutions à inventer !

Déjà pour les moments on l’on a pas le choix il y a l’idée des masques transparents. Il y en a de plusieurs sortes. Certains vraiment fermés mais séparant quand même le visage en deux en cachant le nez d’une bande de tissu. D’autres en recul de la bouche mais qui ne sont pas très pratiques ni viables longtemps auprès d’un groupe d’enfants, ou intéressants pour un temps de lecture par exemple.

Ils sont apparemment inconfortables et s’embuent rapidement, ce qui est un peu contre productif dans l’idée de rendre visible la bouche de l’adulte. Et puis ils sont à la charge des professionnelles : ils ont été créés, des exemplaires fournis à quelques professionnelles par la CAF (selon les diplômes, les statuts, les assistantes maternelles par exemple n’ont pas été fournies). Je ne les ai pas encore testé personnellement, je pourrais vous faire un retour lorsque ce sera le cas. Alors oui une petite solution qui n’est pas encore la meilleure. Mais qui a quand même le mérite d’exister et de donner plus accès aux mouvements de la bouche de celui qui parle.

En rajouter des caisses quand on porte pas le masque ! Profiter de tous les moments ou on est pas obligés de porter ce fichu masque pour parler, chanter, articuler, discuter, raconter, échanger, sourire, faire la moue, faire des grimaces… Pourquoi pas faire un rituel du soir au moment du bain ou on fait bouger son visage dans tous les sens et ou on joue à s’imiter. Il faut faire travailler son imagination pour inventer des manières ludiques de faire un peu de travail d’imitation de la bouche.

Et puis jouer avec le masque aussi. En donner à disposition. En mettre aux poupées, aux peluches. Jouer avec comme on joue avec les instruments du docteur finalement. S’approprier les choses par le jeu y’a que ça de vrai pour les enfants !

Et puis il y a des personnes supers méga créatives qui ont des idées trop cools et complétement adaptés !

Les yeux qui parlent !

Les yeux qui parlent, c’est un vrai petit bijou de livre crée par une éducatrice de jeunes enfants pleines d’idées de bienveillance et d’envie d’apporter des solutions et une illustratrice pleine de talent ! Respectivement nommées Manon Berthod et Solène Laférrière, elles ont fourni un gros travail pendant le confinement pour mener à bien ce projet. A coup de création, écriture, illustration et mise en place de cagnotte et campagne en ligne, fabrication de prototypes…

Personnellement j’ai participé au projet dès que j’en ai eu vent tant je le trouvais génial et adapté et même nécessaire à la période inédite que nous vivons en ce moment. Et après avoir reçu l’ouvrage définitif, je ne pouvais qu’être joie. C’est un bel ouvrage dans les tons dominants de violet mais avec de beaux contrastes qui rendent les images très lisibles aux tout-petits en plus des illustrations simples et réalistes.

L’idée des créatrices était de représenter les émotions avec et sans masque pour pouvoir s’appuyer sur ce qu’on voit des yeux. Et c’est très réussi ! Il y a tout un jeu de transparence sur les illustrations pour que l’on puisse voir exactement le même visage avec et sans masque. Cela attire forcément le regard de l’enfant, l’envie de toucher aussi, de manipuler. Et il peut à sa guise finalement enlever et remettre le masque sur le visage pour s’approprier l’émotion.

Elles sont définies simplement par le texte qui détaille ce qu’elles produisent vraiment sur le visage, ce que l’on peut voir et entendre. Les larmes, les plis autour des yeux, les mouvements des sourcils, la couleurs des joues… C’est une manière très ludique de faire un travail sur les émotions aussi. Je vais pouvoir l’utiliser en outil d’accompagnement sur la compréhension des émotions malgré ce fichu masque. En même temps il y a émotion principale et nuances, on parle de la surprise, de l’étonnement et de l’émerveillement et aussi du dégoût, de la répugnance et de la répulsion. On s’attarde un peu plus, on apporte des nuances, c’est plus ou moins fort, on apprend du vocabulaire.

Bref un ouvrage tout à fait spécial, pour une période tout à fait spéciale que je vous invite vraiment à découvrir !
Il est disponible en précommande juste ici, n’hésitez pas à aller jeter un œil. Pas un partenariat, c’est un ouvrage que je me suis procurée avec mes petits sous et que je vous partage vraiment avec enthousiasme !

Le masque de la fin !

En attendant que l’on soit enfin de nouveau en mesure de pouvoir faire briller nos sourires éclatants à la face du monde, il va falloir s’y faire. Continuer de trouver des solutions, de faire des efforts, de soutenir autrement, d’accompagner, d’essayer… C’est pas une mince affaire, mais si ça donne des projets comme la petite pépite que je vous ai présenté, il y a quand même un côté positif à tout ça !

Partagez-moi vos questionnements à vous, vos ressentis sur les miens aussi… C’est le moment de vous lâcher sur ce qui vous ennuie le plus avec ce BIIIIIIIIIIIIP de masque !
Et dites-moi comment vous avez accompagné la peur du masque pour un enfant (le votre, en structure, ailleurs ?) si vous y avez été confronté, ça m’intéresse d’en discuter !

Je vous dis à très vite !
Toujours masquée, comme Zorro
Carmen

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :